http://www.albany.edu/offcourse
 
 
 
 Action Enchaîné
by LOUIS ARMAND
 

zéro de conduite

le voyage commence toujours
dans l’abysse blanc du miroir
entre l’œil
& l’argus de paranoïa

un passage de lumière
au cour de l’obscurité
son point de fuite
au-delà de l’ordinaire interminable

où il n’y a plus de temps
plus d’images
ne plus de mots—seulement du bruit
qui construit un monument
à la calamité ...

ou que je sois la séance moi-même
tu qui es qui fus & qui
auras été
attendante à l’arrivée:

du spectre il ne reste rien
un nom
au bas de la page
qui n’appartient à personne
 
 

la joconde

(l’angoisse d’une image / ses pointes
de con
vergence ...)

dans le cathodique
ses célibataires—
leurs membres mécaniques
coupés
du calcul irrationnel
du désir

la mariée se décapite
lentement
avec ses ongles

elle tire tous les fils
de la plaquette principale—
elle veut savoir si
deux cent quarante volts
peuvent expier l’histoire:

laissant sa tête flotter
dans l’évier
elle s’approche de la télévision
& fait sauter les plombs
 
 

WARHOL: ORANGE DISASTER (1963)
à John Kinsella

seules—
dans ses chambres—

les chairs
énigmatiques
attendent
la morte ...—

le « SILENCE »
des ampères—

un cauchemar
qui se répète
sans pathos
ni mystère
 
 

automne

feuilles tombées d’un discours—encore
décembre
fait signe de loin—
les mots conspirés
qui portent plus qu’une implication ...

les lignes—les arbres noirs—sont
dénudé(e)s par l’arbitrage
de ces ruines (ces ruines dans lesquelles
dieu s’est épuisé):

la catastrophe de la finitude—
écrite dans ses yeux
comme les déchirures de quelqu’un
qui essaie de s’échapper ...

de sombre présage est le sol
qui tourne
dans cette tombe—
silencieux—comme l’arrêt d’un chœur
au cours d’une comédie
humaine
 
 

la Tour Eiffel

le poisson
qui était
accroché
sur les écueils
s’est décomposé
aux crochets
fins
de ses arêtes
 
 

Action Enchaîné

la prodigée
se raccroche au objet

un miroir
ou une voix

hors de portée
se claquant la main

la tête
contre le sol

sans audience
l’avenir

est devenu
son crâne

se presse contre
quatre murs

la parodie teRrestre

dans l’amphithéâtre sombre
deux
poumons humains

ni voix ni
oxygène  ...

dans lieus plus éloignés
quelques-uns croient que
le silence soit d’or

l’attire les fanatiques
comme mouches à un cadavre
 


To contributors' page

To Of(f)course  home page                     To Index of this issue.